Il y a quelques années, je travaillais dans le département Marketing de Roche Pharmaceuticals. A la fin de ma première journée de travail, le 1er décembre 2010, alors que j’attendais l’ascenseur pour sortir du bâtiment, je souris à la femme qui attendait elle aussi l’ascenseur, puis je lui tendis la main en me présentant. 

– “Hi, my name is Birgit” 

La personne semblait très troublée et étonnée de ma présentation. Toutefois, elle fut polie et se présenta à son tour. Le trajet en ascenseur demeura malgré cela silencieux et un peu gênant. 

Je compris donc, dès ce jour, que personne ne se présentait, ni échangeait, dans les ascenseurs de ce grand building, à moins de se connaitre au préalable. 

L’usage était plutôt de garder la tête baissée et de vérifier ses emails ou prochains RDVs sur son smartphone. 

Quelques mois plus tard, en attendant l’ascenseur à la fin de ma journée de travail, un homme s’approche et se présente à moi :

– “Hi, my name is Bill”. 

Je me suis tout de suite dit : “Tiens, ça doit être son premier jour ! Il n’est pas encore au courant des us et coutumes de ce site”. Mais c’est avec grand plaisir et un petit sourire intérieur que je me présentais à mon tour, car j’avais moi-même vécu cette situation quelques mois plus tôt.

Pendant le trajet de l’ascenseur, il me demandait sur quoi je travaillais. C’est avec joie que je lui expliquais mon rôle et projets dans les grandes lignes. Je trouvais cette personne fort sympathique et me sentis très à l’aise avec lui, je n’eus malheureusement pas le temps de lui retourner la question, l’ouverture des portes de l’ascenseur sonnant la fin de notre échange bien trop rapidement.

Le lendemain, je découvris que Bill, que je croyais être la dernière nouvelle recrue, n’était autre le responsable du département, aujourd’hui CEO de Roche Pharmaceuticals. Il était en visite de San Francisco.

Je n’en revenais pas ! Je fus tellement surprise de voir à quel point il était accessible et je fus encore plus surprise d’avoir pu lui parler avec tellement d’aisance. 

Car il faut avouer qu’à cette époque, j’étais très facilement intimidée, voire bloquée, devant les personnes qui m’impressionnaient. Aussi, je perdais complètement mes moyens dans certaines réunions quand les enjeux et les personnes présentes étaient importants. 

J’avais toujours plein d’idées, mais je n’arrivais pas à les exprimer, ou en tous cas, pas au bon moment. Je n’osais pas prendre la parole si on ne m’y invitait pas… et même quand on m’y invitait, je sentais mes joues rougir, ma gorge se serrer et mon coeur battre à la chamade. Tout ce que j’arrivais au final à sortir était quelque chose de banal ou exprimer mon accord avec ce qui avait été dit par quelqu’un d’autre. Je me sentais pathétique. 

Cela m’a pris quelques années, mais j’ai finalement compris les raisons irrationnelles de mes peurs et ai réussi à les surmonter. Aujourd’hui, c’est même devenu une joie de parler devant un groupe. J’anime régulièrement des conférences et formations avec énormément de plaisir. 

Je souhaite à tout le monde de parler aisance et de rester soi-même en toutes circonstances, même devant un petit groupe ou un large public. Mais la prise de parole en public, contrairement aux idées reçues, elle n’est pas innée : elle s’apprend !

Imaginez tout ce que vous pourriez accomplir dans votre carrière si vous n’aviez plus peur de faire des présentations, d’animer des conférences ou aller discuter avec n’importe qui quelque soit son titre ? 

J’ai distillé tout ce que qui m’a permis d’aller au delà de cette peur et gagner en assurance, dans un atelier d’initiation à la prise de parole en public. Il aura lieu à Hésingue les vendredis 15 et 22 octobre prochains.

Cet atelier sera très pratique et ludique et est conçu pour vous permettre de vous libérer de cette angoisse de la prise de parole en public et vous fournir des clés et techniques pratiques pour réussir toutes vos interventions.  

Pour en savoir plus et télécharger le programme en PDF, cliquez ici.